La Ferme de Liézey - Cuisine d'hier et d'aujourd'hui

03 29 63 09 51

Nous contacter

Ouvrir le menu

La Lessive de Liézey, un savoir-faire ancestral

  1. Auberge de Liézey
  2. > Le Blog de Liézey
  3. > Tourisme dans les Vosges
  4. > Curiosités des Vosges
  5. > La lessive de Liézey

Une recette ancestrale

Depuis la plus haute antiquité, l’utilisation de cendres de bois et plantes est connue pour le nettoyage du linge et de la vaisselle. Plus tard, les scientifiques ont démontré que ce pouvoir nettoyant et dégraissant était lié à leurs fortes teneurs en soude et surtout en potasse.

Au début du 19ième siècle, nos proches ancêtres pratiquaient la lessive à la cendre 2 fois par an, au printemps avant les Rameaux et à l’automne vers la Toussaint.

Très utilisée jusqu’au début du 20ième siècle, la lessive de cendres était préparée à partir de cendres de fruitiers, de charme ou d’orme, les meilleures cendres étant les cendres de fougères pouvant contenir jusqu’à 10 % de potasse en poids. En réalité tous les bois peuvent convenir, toutefois on évite les résineux, pauvre en potasse, et le chêne dont les tanins vont colorer la lessive.

Les cendres, la base de la lessive

A la fin du printemps les fougères sont fauchées, puis laissées sécher sur place avant d’être stockées à l’abri.

Bois et fougères sont réduits en cendre selon un procédé traditionnel proche de celui utilisé jadis par les charbonniers pour la production du charbon de bois, une « cuisson à l’étouffée ».
Cette opération s’effectue dans un fiaran, petit édifice voûté en pierre de granit dont on peut encore voir six exemples construits vers la fin du 17ème siècle sur la commune de Liézey.

Vous pourrez observer des fiarans sur la balade des croix de Liézey

On commence par disposer sur le sol du fiaran un lit de bois, que l’on recouvre ensuite d’une épaisse couche de fougères, puis on allume le feu à la base de l’ensemble. Il se dégage alors par les ouvertures du fiaran une épaisse fumée blanche, dont l’odeur nauséabonde explique l’origine du mot fiaran, « fiarer » signifiant puer en patois vosgien. Autrefois, il était d’usage d’ajouter au mélange bois-fougère un peu de fumier / purin pour enrichir les cendres en éléments actifs…ce qui devait grandement contribuer à l’obtention de cette odeur particulière !

Filtrage

Les cendres recueillies sont ensuite tamisées puis mise en macération dans des fûts remplis d’eau de source. Après un mélange vigoureux, l’ensemble est laissé décanter plusieurs heures.

Le surnageant est récupéré puis filtré, d’abord sur une toile de jute grossière utilisée jadis pour transporter le foin, puis une filtration finale sur un drap blanc.
Le liquide obtenu est légèrement visqueux, un peu jaunâtre, fortement basique (pH supérieur ou égal à 10).

Mise en bouteille et vente

C’est ensuite au cours de la traditionnelle réunion de printemps que l’ensemble des adhérents de l’association « La Fougère » va mettre en bouteille le précieux liquide, puis poser les étiquettes.
L’utilisation de la lessive est simple, 10cl de lessive dans une machine à laver, ou dans un seau d’eau pour le nettoyage des sols.
La lessive de cendres est une alternative naturelle, écologique et économique aux lessives traditionnelles.

L’association « La Fougère » à Liézey, a repris ce savoir-faire ancestral pour proposer une lessive de cendres réalisée de manière totalement artisanale à partir d’un mélange d’eau de source, de cendres de bois et de cendre de fougères. Elle est proposée en deux variantes, Nature et délicatement parfumée au Serpolet (thym sauvage).

En Vente à l’Auberge de Liézey selon disponibilité

Source et documents : Association "La Fougère"


Curiosités des Vosges


Retour à la liste

Haut de page